Cinq jours de rencontres, d’échanges et d’exposition entre étudiants et professionnels pour construire le yachting de demain

8e Monaco Energy Boat Challenge – 6-10 juillet 2021

 

Mercredi 7 avril 2021. Les concurrents maintiennent la cadence dans la préparation de leur projet pour être prêts le 6 juillet, date du coup d’envoi du 8e Monaco Energy Boat Challenge qui permet aux chercheurs, universitaires, futurs ingénieurs, inventeurs et professionnels du yachting et de l’énergie de donner libre cours à leur ingéniosité. Organisé par le Yacht Club de Monaco aux côtés de la Fondation Prince Albert II et de l’Union Internationale Motonautique, ce rendez-vous est une véritable vitrine pour les nouveaux systèmes de propulsion alternatifs.

Iqos et Credit Suisse, partenaires historiques de l’évènement, ont été rejoints pour la deuxième année consécutive par le constructeur automobile BMW et YPI (Yachting Partners International). Tous ces partenaires sont très investis puisqu’ils composent une partie du jury du Monaco Energy Boat Challenge aux côtés de spécialistes techniques.

 

Trois classes au rendez-vous

A ce jour, plus de 35 équipes, une vingtaine d’universités et 19 nationalités sont désormais confirmées dans les trois classes confondues. L’Italie, la France, les Pays-Bas, Monaco, le Portugal, l’Angleterre, la Grèce, l’Allemagne, mais aussi les Emirats Arabes Unis, l’Indonésie, la Chine ou encore le Pérou seront représentés dans l’Energy Class, première catégorie à avoir bouclé ses inscriptions, avec la confirmation de 17 équipes. Une classe dans laquelle les candidats doivent concevoir un système de propulsion en utilisant les énergies renouvelables de leur choix, mais avec comme contrainte de course une quantité d’énergie prédéterminée et identique pour toutes les équipes. Dans cette catégorie, les coques de catamaran sont fournies par le Yacht Club de Monaco. Pile à combustible, capitalisation de chaleur pour optimiser l’efficience de la propulsion, intelligence artificielle (…) l’heure n’est pas à la science-fiction mais bien au progrès et à l’innovation. Lancée en 2018, l’Energy Class connait un grand succès. Les Gadzarts de Hydrogadz de l’Université des Arts et Métiers d’Aix en Provence qui avaient remporté le Zero Emission Prize en 2019 ont confirmé leur présence et entendent bien repartir victorieux de cette nouvelle édition.

Présente depuis la création de l’évènement en 2014, la Solar Class met à l’honneur des embarcations alimentées uniquement à l’énergie solaire. Duel, slalom, endurance (…) sont les épreuves réalisées dans cette catégorie. L’année dernière, à l’occasion de l’édition inédite organisée en ligne, six équipes composaient la Solar Class dont les Hollandais de Tu Delft vainqueurs du Spirit Prize grâce à leur vidéo retraçant les mois de travail et l’adaptation requise après que les Pays-Bas sont entrés en confinement. Une quinzaine d’équipes venant de toute l’Europe sont attendues cette année.

Anciennement nommée Offshore Class, la classe Open Sea est principalement ouverte aux navires déjà sur le marché ou sur le point d’y entrer. Plusieurs épreuves sont organisées afin de tester l’autonomie des bateaux dont un parcours côtier de 16 miles nautiques de Monaco à Vintimille en Italie, soit une distance de 29,6 kilomètres, une course d’endurance et un challenge de manœuvrabilité. Il s’agira d’un véritable test grandeur nature pour les bateaux à propulsion électrique ou à l’hydrogène déjà commercialisés ou en cours de développement. La classe Open Sea est ainsi une véritable vitrine de technologie pour les professionnels qui peuvent toucher du doigt les dernières nouveautés. Le Suédois Candela, mais aussi Laneva et Vita Yachts, deux sociétés établies en Principauté, ont déjà confirmé leur présence.

Les équipes engagées dans la classe Open Sea auront jusqu’au 15 mai pour soumettre leur dossier d’inscription.

 

L’hydrogène, au cœur de cette 8e édition

L’ambition européenne de réduire les émissions de gaz à effet de serre se fera sous condition d’une révolution du système énergétique. L’hydrogène vert, qui représente un intérêt énergétique majeur, est l’une des filières envisagées pour y arriver. La France a détaillé en septembre 2020 le plan qui doit lui permettre de devenir un acteur majeur de l’hydrogène à l’horizon 2030. C’est donc tout naturellement que 8 équipes ont déjà annoncé favoriser cette solution énergétique dans leur projet à l’image de SBM Offshore E-Racing Team qui avait remporté en 2019 l’Innovation Prize et l’année dernière l’Eco Conception Prize. Ils reviendront au mois de juillet 2021 pour leur 3e participation et auront fort à faire face à cinq autres équipes dont les nouveaux venus de Team Altran (Groupe CapGemini).

Autre piste de travail évoquée, celle du cycle de vie des matériaux et de leur réutilisation. Une méthode bien intégrée par les étudiants de l’Université de Bologne qui avaient présenté, en juillet dernier, un concept consistant à ré-utiliser le cadre d’une voiture de course pour le cockpit de leur prototype en y ajoutant une pile à combustible associée à des panneaux photovoltaïques.

 

Professionnels et étudiants travaillent main dans la main

Tous partagent une ambition commune : développer des systèmes de propulsion alternatifs pour bâtir le yachting de demain. Entre les universités et l’industrie du yachting, les échanges sont riches d’enseignements, en témoignent les relations entre l’équipe de Hydrovinci et FinX, une jeune start-up qui utilise le bio mimétisme pour son système de propulsion. L’entreprise était présente lors de l’exposition du Monaco Energy Boat Challenge en 2019 et avait rencontré les étudiants — ce qui avait donné naissance à une collaboration qui perdure. Il y aura aussi les Français de Wave Estaca, vainqueurs en 2019 des épreuves nautiques qui testeront cette année un propulseur à axe vertical ADV Tech, avec qui ils collaborent. Enfin, le chantier Nobiskrug participera également à ce challenge afin de réfléchir à l’utilisation de nouvelles énergies pour la motorisation des futurs yachts.

 

 

L’heure des échanges

Cette année encore, le Yacht Club de Monaco accueillera une série d’exposants. Démonstrateurs et start-up seront de la partie alors que de nombreux projets dédiés aux nouvelles énergies dans le milieu du yachting seront dévoilés en avant-première dans les salles d’exposition sur le quai et dans la YCM Marina.

Des échanges qui se poursuivront également avec les concurrents le long des paddocks qui seront ouverts au public. A noter que la journée du jeudi 8 juillet 2021 sera dédiée à de multiples conférences. L’occasion pour des experts du secteur d’approfondir des sujets tels que le développement des bio-composites dans le yachting, l’utilisation des énergies propres, les propulsions alternatives, l’efficience dans la construction et le design, et les dernières avancées en matière de recherches menées dans le secteur naval.

Le Y.C.M. maintient le cap du changement au sein même de sa flotte en remplaçant le carburant classique par du biocarburant de synthèse éco-circulaire 100% durable. Issu de l’industrie alimentaire, il est le résultat d’un raffinage synthétique des huiles de cuisson permettant ainsi de réduire l’impact carbone de 89%. Le Seabus, le bateau Comité du Club, est la première unité de la flotte du Y.C.M. à avoir adopté ce changement, précédant Tuiga, le vaisseau amiral du club. Une initiative qui fait suite à l’arrivée de trois annexes électriques pour accompagner les élèves de la Section Sportive et, dernièrement, le lancement du Superyacht Eco Association (SEA) Index, un référentiel pour mesurer l’impact environnemental des yachts de plus de 40 mètres.

Read more

Clôture des inscriptions pour la Monaco Energy Class

Les concurrents travaillent d’arrache-pied pour présenter la meilleure version de leur prototype à l’occasion du 8e Monaco Energy Boat Challenge (MEBC). Organisé par le Yacht Club de Monaco aux côtés de la Fondation Prince Albert II et de l’Union Internationale Motonautique, le rendez-vous met en lumière les nouveaux systèmes de propulsion alternatifs développés par des chercheurs, universitaires, futurs ingénieurs, inventeurs et professionnels du yachting et de l’énergie. Iqos et Credit Suisse, partenaires historiques de l’évènement, sont rejoint pour la deuxième année par le constructeur automobile BMW et YPI (Yachting Partners International).

 

Le MEBC fera la part belle à trois catégories ; la classe Solaire, la classe Open Sea et la Monaco Energy Class qui vient juste de clôturer ses inscriptions. Aux équipes déjà annoncées en 2020 et automatiquement sélectionnées, s’ajoutent trois nouvelles formations dont la participation a été validée. 17 équipes de 11 pays ont ainsi répondu à l’appel dans cette catégorie qui compte le plus grand nombre de participants.

 

Read more

Un tour du monde des systèmes de propulsion alternatifs

Ils viendront des quatre coins du monde pour présenter leur projet. Italie, France, Pays-Bas, Monaco, Portugal, Angleterre, Grèce, Allemagne, mais aussi des Emirats Arabes Unis, d’Indonésie, de Chine ou encore du Pérou. L’Université National d’Ingénierie péruvienne sera représentée par Team Naylamp. C’est la première fois que le pays concourt à cette épreuve. C’est un véritable tour du monde des systèmes de propulsion alternatifs auquel il sera possible d’assister.

 

Certaines équipes connaissent bien l’évènement à l’image des portugais de Tecnico Solar Boat qui rejoignent à nouveau la compétition pour la 5e année consécutive ou encore les Gadzarts de Hydrogadz qui font partie des premières écoles à avoir rejoint la classe Energy et qui avaient remporté le Zero Emission Prize en 2019.

Read more

Du beau monde au rendez-vous de cette 8e édition

Pour cette 8e édition, la haute technologie insuffle une seconde vie aux matériaux. L’accent sera mis cette année sur l’hydrogène, solution énergétique adoptée par de nombreuses équipes. Six d’entre elles ont d’ores et déjà annoncé se pencher sur cette piste de travail dont SBM Offshore E-Racing Team qui avait remporté l’année dernière l’Eco Conception Prize. Avec pour mot d’ordre la durabilité, la formation monégasque avait opté pour des composants pouvant répondre au concept de réutilisation et de recyclage dans un contexte hautement technologique. Ils reviendront au mois de juillet 2021 pour leur 3e participation et auront fort affaire face à cinq autres équipes dont les nouveaux venus de Team Altran (Groupe CapGemini).

 

L’analyse du cycle de vie des matériaux sera également au cœur des réflexions. Un sujet cher aux étudiants de l’Université de Bologne qui avait présenté en juillet dernier, un concept consistant à ré-utiliser le cadre d’une voiture de course pour le cockpit de leur prototype en y ajoutant une pile à combustible associée à des panneaux photovoltaïques.

Read more

Professionnels et étudiants travaillent main dans la main

Tous partagent une ambition commune : développer des systèmes de propulsion alternatifs pour bâtir le yachting de demain. Entre les universités et l’industrie du yachting, les échanges sont riches d’enseignements en témoigne les relations entre l’équipe de Hydrovinci et FinX, une jeune stat-up qui utilise le bio mimétisme pour son système de propulsion. L’entreprise était présente lors de l’exhibition du Monaco Energy Boat Challenge en 2019 et avait rencontré les étudiants ce qui avait donné naissance à une collaboration qui perdure encore aujourd’hui.

 

Mais aussi les français de Wave Estaca, vainqueurs en 2019 des épreuves nautiques qui testera cette année un propulseur à axe vertical ADV Tech.  Le chantier Nobiskrug participera également à ce challenge afin de réfléchir à l’utilisation de nouvelles énergies pour la motorisation des futurs yachts.

 

Le Monaco Energy Boat Challenge ouvrira ses portes le mardi 6 juillet 2021 pour 5 jours de compétitions, conférences et exhibitions. D’ici là, les concurrents devront présenter leur dossier d’inscription dans les catégories Solar avant la fin du mois de mars et fin mai pour les équipes en lice dans la classe Open Sea.

Read more

Une 7e édition virtuelle, avec des avancées bien réelles

7e Monaco Solar & Energy Boat Challenge

30 juin – 8 juillet 2020

 

Mercredi 8 juillet 2020. Une nouvelle fois, le Monaco Solar & Energy Boat Challenge, qui met depuis sept ans à l’honneur toutes les initiatives en matière de propulsion motonautique, aura été synonyme d’innovation et de progrès pour le yachting. Face à l’impossibilité pour les équipes internationales de faire le déplacement en Principauté en raison de la crise sanitaire actuelle, le Yacht Club de Monaco a proposé un format inédit aux concurrents, privilégiant cette année le partage d’informations en open source, à travers des auditions en ligne des dix-huit équipes en lice sur leurs avancées technologiques.

La remise des prix, organisée également en ligne, a permis aujourd’hui l’attribution de cinq prix et la remise pour chacun d’entre eux d’une dotation financière.

 

« S’inscrivant dans le cadre de notre projet « Monaco, Capitale du Yachting », le Monaco Solar & Energy Boat Challenge a pour ambition de soutenir la nouvelle génération et les futurs ingénieurs dont les idées et les inventions viennent bouleverser les codes de l’industrie, la rendant toujours plus respectueuse de l’environnement » précise Bernard d’Alessandri, Secrétaire Général du Y.C.M. « Désireux de récompenser le travail des équipes qui mettent toute leur énergie sur leur différents projets depuis près d’un an, nous avons souhaité maintenir cette compétition en respectant les mesures sanitaires en place et éviter les rassemblements de foule. Nous avons donc opté pour une version en ligne, fait inédit depuis la création du premier rendez-vous en 2014 ».

 

Organisé par le Yacht Club de Monaco aux côtés de la Fondation Prince Albert II, de l’Union Internationale Motonautique, cet évènement unique au monde reflète l’engagement de chercheurs, universitaires, futurs ingénieurs, inventeurs et professionnels du yachting et de l’énergie.

Iqos et Credit Suisse, partenaires historiques du Y.C.M. et de l’évènement, étaient également au rendez-vous aux côtés du constructeur automobile BMW et de Yachting Partners International (YPI), engagés pour la première fois dans l’aventure du Monaco Solar & Energy Boat Challenge.

 

Malgré les restrictions sanitaires appliquées dans le monde entier et qui ont fortement bouleversé leur travail, dix-huit équipes, représentant douze nations ont présenté leur projet devant un Jury Technique composé notamment de l’ingénieur Marco Casiraghi à l’initiative du projet, d’Erwann Lebel, architecte naval de Espen Oeino International et de Jérémie Lagarrigue d’Energy Observer.

Répartis dans 3 classes (Solar, Energy et en Open Sea Class), les participants ont, pour la plupart, soumis leur candidature dans les trois catégories de prix : l’Innovation, l’Eco Conception et le Spirit Prize.

Déposés le 10 juin 2020, les dossiers ont fait l’objet d’une analyse approfondie avant que les concurrents ne présentent leur travail à l’occasion de soutenances orales en ligne via la plateforme Zoom.

 

Un palmarès 2020 riche en innovations

Trois prix et deux coups de cœur ont été décernés par le jury impressionné par la qualité des travaux présentés.

 

  • Innovation Prize à Técnico Solar Boat (Portugal)

Les innovations et les meilleures améliorations technologiques susceptibles d’être adaptées au monde industriel ont été récompensés par l’Innovation Prize remis par Michel Buffat, Responsable global des financements Yacht et Avion de Credit Suisse.

 

Pour viser cette récompense, les candidats ont dû établir un dossier complet, comportant une présentation écrite de leur projet ne dépassant pas 1500 mots, des photos, croquis ou animations ainsi que différents tests permettant de mettre en lumière l’efficience énergétique du bateau élaboré. Chaque équipe a également soutenu oralement son projet durant 20 minutes face à un Jury international. Un exercice remporté haut la main par l’équipe Técnico Solar Boat dans la catégorie Energy Class.

Il s’agit de la 4e participation des Portugais, trois fois en Solar Class et une première en Energy Class. Cette année, les ingénieurs de l’Instituto Superior Técnico ont décidé de s’aligner dans les deux catégories avec deux prototypes différents. En Energy Class, ils se sont démarqués avec leur concept de bateau alimenté à l’hydrogène grâce à l’utilisation d’une pile à combustible de 5 kW. Des innovations qui les motivent à produire à l’avenir leur propre pile à combustible mais aussi leur propre hydrogène en utilisant l’électrolyse de l’eau via un électrolyseur alimenté par des panneaux solaires.

Inspirés par le navire Energy Observer, les concurrents espèrent, dans un futur proche, pouvoir mettre en place un système leur permettant de filtrer l’eau de mer, procéder à une électrolyse et utiliser l’hydrogène produit pour alimenter leur pile à combustible faite sur-mesure.

 

 

 

  • l’Eco Conception Prize à SBM Offshore E-Racing Team (Monaco)

L’efficacité des matériaux et des procédés utilisés, la contribution scientifique et l’engagement des candidats dans le partage des bonnes pratiques ont été mis à l’honneur dans la catégorie de l’Eco Conception Prize remis par Abdullah Nahar, directeur de Yachting Partners International (YPI). Pour leur 2e participation, SBM Offshore E-Racing Team, l’équipe menée par Francesco Prazzo avait pour mot d’ordre la durabilité, tant sur le cycle de vie de leur cockpit et l’utilisation des différents matériaux, que sur l’ensemble du système de propulsion, constitué de composants standard qui peuvent être réutilisés.

 

Engagée dans la catégorie Energy Class, la formation monégasque a opté pour un mode de propulsion à hydrogène, dont les composants répondaient également au concept de réutilisation et de recyclage dans un contexte hautement technologique. La structure du cockpit est entièrement faite d’aluminium, tandis que plus de la moitié de la masse de ses composants structurels provient d’une simple réutilisation et d’un réemploi.

 

Dans le cadre d’un développement de nouvelles solutions d’énergies renouvelables, ils ont décidé de concevoir un prototype de système flottant qui permettrait de produire de l’hydrogène, à partir de l’eau de mer, en utilisant l’énergie solaire et éolienne. Des idées qui n’ont pas manqué de susciter la curiosité du jury et leur ont permis de glaner le prix Eco Conception face à huit autres concurrents.

 

  • Spirit Prize à TU Delft Boat Team (Pays-Bas)

 

Remis par Thomas Donce de BMW Group France, le Spirit Prize, qui reflète l’esprit de la compétition mais aussi l’originalité des participants sous forme d’une petite vidéo (1min 30 sec), a vu la victoire de la TU Delft Boat Team, fidèle au rendez-vous monégasque depuis sa création en 2014 avec sept participations.

 

Afin de décrocher ce prix, ces jeunes étudiants, inspirés et inspirants, ont retracé et illustré avec brio ces derniers mois de recherche technique mais aussi démontré une grande faculté d’adaptation et une solidarité à toute épreuve, notamment lorsque les Pays-Bas ont été confinés et que le groupe ne pouvait pas avancer aussi vite qu’il le souhaitait dans son projet. Un projet qui reflète l’esprit d’équipe de l’évènement.

 

Non pas un mais deux coups de cœur

Ne parvenant pas à les départager, le Jury international a souhaité mettre à l’honneur deux autres équipes avec la remise de prix « Coup de Cœur ».

 

  • Le premier a été remis à l’Hydros Team UI (Indonésie).

Présente l’an dernier à Monaco, cette équipe indonésienne était en lice dans les trois prix, avec un bateau alimenté par batterie et panneaux solaires, présentant plusieurs spécificités. Gagnant 2019 du Spirit Prize, cette jeune équipe a montré une fois encore son envie de travailler sur les nouvelles énergies et des solutions applicables en Indonésie. Une réelle motivation qui a touché le Jury Technique.

 

 

  • Autre projet prometteur, celui de Hynova (France), qui a reçu le second prix « Coup de Cœur ».

C’est sa première participation en Open Sea avec la conception d’un prototype de 40 pieds, alimenté par un moteur électrique lui-même alimenté par de l’hydrogène provenant d’une pile à combustible fournie par Toyota. Son objectif est de promouvoir l’hydrogène vert comme énergie alternative. Les avantages du projet sont multiples, tels qu’une grande performance, une sensibilité moindre aux changements de température, aucun risque de pollution causée par des fuites et zéro émission de CO2. Un projet inspirant qui devient une réalité.

 

 

Pas de temps mort pour les échanges

Les échanges vont se poursuivre tout au long de l’année sous forme de webinars, permettant aux concurrents de rester en contact dans le monde professionnel. À travers ces discussions techniques en ligne gratuites et ouvertes à tous, le partage de connaissances est mis à l’honneur, renforçant le lien entre candidats et acteurs majeurs de l’industrie.

Ces présentations sont disponibles sur le site de l’évènement : https://mcsebc.org/fr/webinar-fr/. Dès la rentrée, de nouveaux rendez-vous seront programmés et accessibles sur le site du Yacht Club de Monaco.

 

Job Forum : à la croisée du monde professionnel et étudiant

Le Monaco Solar & Energy Boat Challenge met tout en œuvre pour favoriser la mise en relation entre étudiants et industriels du nautisme puisque, tout au long de l’année, ils ont le loisir de se retrouver via une plateforme web en ligne. Une initiative qui permet aux professionnels du secteur maritime de poster leurs offres d’emploi mais également aux étudiants d’y déposer leur CV. Un échange gagnant-gagnant largement plébiscité par les acteurs de l’industrie, à l’instar de Energy Observer, Torqeedo, Azur Marine ou Areva, qui ont pu recruter des étudiants. En raison de la crise sanitaire, l’initiative a pris une pause en 2020 mais sera de nouveau opérationnelle dès septembre 2020.

 

Les talents de demain en matière de propulsion se donnent donc rendez-vous du 6 au 10 juillet 2021 à l’occasion du 8e édition du Monaco Solar & Energy Boat Challenge.

Read more