8e Monaco Energy Boat Challenge – 6-10 juillet 2021

 

Mercredi 7 avril 2021. Les concurrents maintiennent la cadence dans la préparation de leur projet pour être prêts le 6 juillet, date du coup d’envoi du 8e Monaco Energy Boat Challenge qui permet aux chercheurs, universitaires, futurs ingénieurs, inventeurs et professionnels du yachting et de l’énergie de donner libre cours à leur ingéniosité. Organisé par le Yacht Club de Monaco aux côtés de la Fondation Prince Albert II et de l’Union Internationale Motonautique, ce rendez-vous est une véritable vitrine pour les nouveaux systèmes de propulsion alternatifs.

Iqos et Credit Suisse, partenaires historiques de l’évènement, ont été rejoints pour la deuxième année consécutive par le constructeur automobile BMW et YPI (Yachting Partners International). Tous ces partenaires sont très investis puisqu’ils composent une partie du jury du Monaco Energy Boat Challenge aux côtés de spécialistes techniques.

 

Trois classes au rendez-vous

A ce jour, plus de 35 équipes, une vingtaine d’universités et 19 nationalités sont désormais confirmées dans les trois classes confondues. L’Italie, la France, les Pays-Bas, Monaco, le Portugal, l’Angleterre, la Grèce, l’Allemagne, mais aussi les Emirats Arabes Unis, l’Indonésie, la Chine ou encore le Pérou seront représentés dans l’Energy Class, première catégorie à avoir bouclé ses inscriptions, avec la confirmation de 17 équipes. Une classe dans laquelle les candidats doivent concevoir un système de propulsion en utilisant les énergies renouvelables de leur choix, mais avec comme contrainte de course une quantité d’énergie prédéterminée et identique pour toutes les équipes. Dans cette catégorie, les coques de catamaran sont fournies par le Yacht Club de Monaco. Pile à combustible, capitalisation de chaleur pour optimiser l’efficience de la propulsion, intelligence artificielle (…) l’heure n’est pas à la science-fiction mais bien au progrès et à l’innovation. Lancée en 2018, l’Energy Class connait un grand succès. Les Gadzarts de Hydrogadz de l’Université des Arts et Métiers d’Aix en Provence qui avaient remporté le Zero Emission Prize en 2019 ont confirmé leur présence et entendent bien repartir victorieux de cette nouvelle édition.

Présente depuis la création de l’évènement en 2014, la Solar Class met à l’honneur des embarcations alimentées uniquement à l’énergie solaire. Duel, slalom, endurance (…) sont les épreuves réalisées dans cette catégorie. L’année dernière, à l’occasion de l’édition inédite organisée en ligne, six équipes composaient la Solar Class dont les Hollandais de Tu Delft vainqueurs du Spirit Prize grâce à leur vidéo retraçant les mois de travail et l’adaptation requise après que les Pays-Bas sont entrés en confinement. Une quinzaine d’équipes venant de toute l’Europe sont attendues cette année.

Anciennement nommée Offshore Class, la classe Open Sea est principalement ouverte aux navires déjà sur le marché ou sur le point d’y entrer. Plusieurs épreuves sont organisées afin de tester l’autonomie des bateaux dont un parcours côtier de 16 miles nautiques de Monaco à Vintimille en Italie, soit une distance de 29,6 kilomètres, une course d’endurance et un challenge de manœuvrabilité. Il s’agira d’un véritable test grandeur nature pour les bateaux à propulsion électrique ou à l’hydrogène déjà commercialisés ou en cours de développement. La classe Open Sea est ainsi une véritable vitrine de technologie pour les professionnels qui peuvent toucher du doigt les dernières nouveautés. Le Suédois Candela, mais aussi Laneva et Vita Yachts, deux sociétés établies en Principauté, ont déjà confirmé leur présence.

Les équipes engagées dans la classe Open Sea auront jusqu’au 15 mai pour soumettre leur dossier d’inscription.

 

L’hydrogène, au cœur de cette 8e édition

L’ambition européenne de réduire les émissions de gaz à effet de serre se fera sous condition d’une révolution du système énergétique. L’hydrogène vert, qui représente un intérêt énergétique majeur, est l’une des filières envisagées pour y arriver. La France a détaillé en septembre 2020 le plan qui doit lui permettre de devenir un acteur majeur de l’hydrogène à l’horizon 2030. C’est donc tout naturellement que 8 équipes ont déjà annoncé favoriser cette solution énergétique dans leur projet à l’image de SBM Offshore E-Racing Team qui avait remporté en 2019 l’Innovation Prize et l’année dernière l’Eco Conception Prize. Ils reviendront au mois de juillet 2021 pour leur 3e participation et auront fort à faire face à cinq autres équipes dont les nouveaux venus de Team Altran (Groupe CapGemini).

Autre piste de travail évoquée, celle du cycle de vie des matériaux et de leur réutilisation. Une méthode bien intégrée par les étudiants de l’Université de Bologne qui avaient présenté, en juillet dernier, un concept consistant à ré-utiliser le cadre d’une voiture de course pour le cockpit de leur prototype en y ajoutant une pile à combustible associée à des panneaux photovoltaïques.

 

Professionnels et étudiants travaillent main dans la main

Tous partagent une ambition commune : développer des systèmes de propulsion alternatifs pour bâtir le yachting de demain. Entre les universités et l’industrie du yachting, les échanges sont riches d’enseignements, en témoignent les relations entre l’équipe de Hydrovinci et FinX, une jeune start-up qui utilise le bio mimétisme pour son système de propulsion. L’entreprise était présente lors de l’exposition du Monaco Energy Boat Challenge en 2019 et avait rencontré les étudiants — ce qui avait donné naissance à une collaboration qui perdure. Il y aura aussi les Français de WaveEstaca, vainqueurs en 2019 des épreuves nautiques qui testeront cette année un propulseur à axe vertical ADV Tech, avec qui ils collaborent. Enfin, le chantier Nobiskrug participera également à ce challenge afin de réfléchir à l’utilisation de nouvelles énergies pour la motorisation des futurs yachts.

 

L’heure des échanges

Cette année encore, le Yacht Club de Monaco accueillera une série d’exposants. Démonstrateurs et start-up seront de la partie alors que de nombreux projets dédiés aux nouvelles énergies dans le milieu du yachting seront dévoilés en avant-première dans les salles d’exposition sur le quai et dans la YCM Marina.

Des échanges qui se poursuivront également avec les concurrents le long des paddocks qui seront ouverts au public. A noter que la journée du jeudi 8 juillet 2021 sera dédiée à de multiples conférences. L’occasion pour des experts du secteur d’approfondir des sujets tels que le développement des bio-composites dans le yachting, l’utilisation des énergies propres, les propulsions alternatives, l’efficience dans la construction et le design, et les dernières avancées en matière de recherches menées dans le secteur naval.

 

Le Y.C.M. maintient le cap du changement au sein même de sa flotte en remplaçant le carburant classique par du biocarburant de synthèse éco-circulaire 100% durable. Issu de l’industrie alimentaire, il est le résultat d’un raffinage synthétique des huiles de cuisson permettant ainsi de réduire l’impact carbone de 89%. Le Seabus, le bateau Comité du Club, est la première unité de la flotte du Y.C.M. à avoir adopté ce changement, précédant Tuiga, le vaisseau amiral du club. Une initiative qui fait suite à l’arrivée de trois annexes électriques pour accompagner les élèves de la Section Sportive et, dernièrement, le lancement du Superyacht Eco Association (SEA) Index, un référentiel pour mesurer l’impact environnemental des yachts de plus de 40 mètres.